Quatrième de couverture en première page


Le Petit Manuel à l'intention des extra-terrestres parlant français se veut être un ouvrage décalé -de trente centimètres vers la gauche- qui présente, sous forme humoristique, une série d'articles plus ou moins bien choisis sur des sujets aussi divers qu'inintéressants, à destination des éventuels visiteurs extra-terrestres venant en visite cordiale sur notre planète. Dans la mesure où leur propre monde ne s'appelle pas également « Terre ». Et où ils parlent français.

Allant du point A au point B en passant par les points C, D, U et K avant de faire demi-tour, la liste non-exhaustive de sujets abordés est aussi explicitement absurde que les thèmes eux-même sont incomplets. Participatif, parfois illustré, sans doute jamais publié et bien rarement lu, le Petit Manuel -dont la couverture n'est pas rouge pour éviter toute confusion- ne restera pas un ouvrage de référence possédé par tous.

Critique de la société d'un point de vue plus ou moins juste mais totalement subjectif, il est à compléter par tous les Terriens ayant suffisamment de doigts et d'esprit pour écrire. Pour contribuer à cette grande aventure terrienne, envoyez vos articles à : petitmanuel@live.fr

2015-04-21

Les saisons

Les saisons 
(elles sont quatre et pourraient former un groupe de rock!) 

Liées à la météorologie (météo pour les intimes), il y a les saisons.

Une saison se compose en général de vingt-quatre épisodes de quarante minutes, mais pas toujours. Certaines saisons sont plus courtes, avec des épisodes plus longs (près d'une heure) qui n'ont pas plus de contenu pour autant. Les scénaristes doivent alors meubler ces minutes superflues et, comme récamier et commode Louis XVI passent plutôt mal à l'écran, c'est à grand coup de paysages que les spectateurs sont assommés (“ennuyés” serait un terme plus juste ; beaucoup préfèreraient perdre connaissance plutôt que de voir défiler un énième panorama inutile). Pourtant, le choix des paysages se comprend puisque la nature renvoie directement aux saisons.

Il existe quatre saisons. Quatre saisons que vous pouvez trouver pour moins de dix euros dans la pizzeria la plus proche de chez vous.
Invention de l'italien Antonio Vivaldi dans la première moitié du XVIIIème siècle, les quatre saisons -à savoir le Printemps, l’Été, l'Automne et l'Hiver- étaient d'abord un ensemble de concertos avant de, qui l'eut cru ! Lustucru !, devenir une pizza. C'est en réalisant qu'il pouvait se faire plus d'argent en vendant de la pâte à pain recouverte de sauce tomate qu'en écrivant de la musique, que Vivaldi créa la fameuse nourriture. Par manque d'imagination et pour concurrencer Mozart qui, lui aussi, se lançait dans le business avec une pizza tomates-fromage italien coupé en grosses tranches (d'ailleurs, tout le monde disait de lui “Mozart est dans la place ! Mozart est là !”), Vivaldi reprit le nom de ses concertos pour nommer sa nouvelle création. Notons au passage que l'italien a eu le nez fin d'abandonner la musique classique : plus personne n'en écoute !

Mais revenons à nos moutons qui paissent l'herbe verte du printemps.
Le printemps est souvent considéré comme la première saison et est, de fait, cité en premier. Ce qui est tout à fait idiot mais s'explique par le fait que cette saison s'étend sur les premiers mois de l'année. Mais pas tout à fait. En effet, le printemps se déroule globalement de mi-mars à mi-juin. Il est suivit de l'été, de mi-juin à mi-septembre, lui-même suivit par l'automne, de mi-septembre à mi-décembre, lui-même suivit de l'hiver, de mi-décembre à mi-mars. Et ainsi de suite chaque année. Remarquez qu'il aurait été plus simple, sachant qu'il y a quatre saisons étalées sur douze mois, de diviser douze par quatre ce qui nous donne trois et de faire coïncider débuts de mois et début de saisons. Mais pour tout ce qui est découpage du temps, les humains semblent tout à fait illogiques comme vous pouvez (ou avez pu) le constater en regardant les horloges.
Mais revenons à nos moutons qui sont morts étouffés dans leurs pulls non-tricotés à cause de la chaleur de l'été. Car si le printemps est la saison du renouveau où, des semences, naissent des fleurs et des bébés, l'été est celle où le soleil crame la peau mais ce n'est pas grave car les vendeurs de crèmes solaires se réjouissent de vendre suffisamment chers leurs produits qui ne pourront être utiliser qu'une saison et tout le monde s'en fiche de toute façon car on appelle ça le bronzage et c'est le signe qu'on est suffisamment friquer pour passer ses vacances d'été sur une plage à ne rien faire pendant que des travailleurs saisonniers sous-payés ramassent nos déchets.
Vient ensuite l'automne, saison déprimante où les jours commencent à raccourcir, où les profs se plaignent de retrouver des élèves qu'ils ont fuit pendant l'été et les élèves gémissent de revoir ces mêmes profs, et où les moutons sont rentrés car il pleut, il pleut bergère, rentre tes blancs moutons !
Enfin arrive l'hiver, le froid, la neige et la période où, pour compenser, tout le monde dépense son argent dans des cadeaux moches et inutiles qui s'offriront lors de grandes fêtes de fin d'années qui n'ont pas d'autre but que de faire dépenser son argent en cadeaux moches et inutiles. Et de raconter l'histoire de cet enfant, au moment de Noël... Mais si voyons, ce gamin qui a raté son avion ! Peu importe, si vous ne connaissez pas, ce film repassera sûrement l'an prochain à la télé. Car, comme les saisons, les rediffusions sont cycliques et il y a fort à parier que vous pourrez vous rendre compte à quel point le Père Noël est une ordure en mangeant devant la télé le mouton qui a fini dans votre assiette...

Mad,
21 avril 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire